Comment nous contacter ? 📱 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

5 trésors d’herboriste pour rester en forme jusqu’au printemps !

5 trésors d’herboriste pour rester en forme jusqu’au printemps !
Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
15 janvier 2020

Même au coeur de l’hiver, la nature nous offre tout ce qu’il faut pour lutter contre les rhumes, refroidissements, et autres petits maux de saison. Voici 5 recettes pour une bonne forme hivernale, à base d’ingrédients à puiser au fond du jardin, dans le potager, chez le maraîcher ou l’herboriste.

  1. Du pin jusque dans le bain
    Antiseptique pour les voies respiratoires, antitussif, diurétique et stimulant, le pin syl-vestre peut être consommé en tisane pour soigner l’inflammation de la muqueuse des bronches ou, en inhalation, pour soigner le rhume. On cueille l’extrémité des branches, là où les aiguilles ne sont pas encore fort développées. On peut aussi jeter une poignée de pousses de pin dans un bon bain chaud pour calmer les courbatures et autres dou-leurs rhumatismales, plus fréquentes en hiver. L’odeur de camphre légèrement citronnée du pain indique la présence de dérivés terpéniques : il faut être prudent avec son utilisa-tion, surtout sous forme d’huile essentielle, chez certaines personnes sujettes aux con-vulsions. Bon à savoir : on peut cueillir de jeunes pousses de pin au printemps et les faire sécher pour un usage ultérieur ou les consommer en salade, à la façon des Indiens d’Amérique du Nord, pour profiter de leur richesse en vitamine C et de leur effet dépura-tif !
  2. Du radis noir, à manger et à boire
    Le radis noir est connu pour ses bienfaits sur le système digestif. Il détoxifie le foie, qui en a parfois besoin si l’alimentation hivernale est un peu trop riche, en particulier après les fêtes de fin d’année. Traditionnellement, on lui attribue aussi des vertus anti-toux. On peut fabriquer un sirop de radis noir en coupant un radis nettoyé, mais non pelé en fines lamelles que l’on fera macérer une douzaine d’heures dans un verre avec une dizaine de morceaux de sucre brun non raffiné. Le sirop ne se conserve pas plus de 24 heures : mieux vaut le préparer en petite quantité. En cas de toux persistante, consultez un mé-decin !
  3. De l’épeautre pour le moral
    Hildegarde, une des premières femmes médecins, qui a vécu au Moyen Âge, et dont on salue aujourd’hui les connaissances en phytothérapie, parle beaucoup de l’épeautre comme un remède à la mélancolie. Selon elle, « l’épeautre(…) donne un esprit joyeux et met de l’allégresse dans l’esprit de l’homme. Sous quelque forme qu’on le mange, soit sous forme de pain, soit dans d’autres préparations, il est bon et agréable .» On sait au-jourd’hui que grâce à sa richesse en tryptophane, l’épeautre permet de synthétiser la sérotonine, puissant régulateur des troubles de l’humeur. L’épeautre est mieux toléré que le blé par le corps humain. Le gluten est plus petit et différent dans l’épeautre que dans le blé, ce qui fait qu’il est plus facile à digérer. Pour cela, essayez de vous procurer du petit épeautre, non hybridé. On le trouve sous différentes formes : de la farine, bien sûr, mais aussi des biscuits, des céréales, du risotto d’épeautre…
  4. De la châtaigne pour l’énergie
    Très énergétique, la châtaigne est tonifiante, sans doute grâce à sa richesse minérale remarquable : elle est particulièrement généreuse en potassium et magnésium, des substances qui aident à lutter contre le stress et la fatigue. Elle apporte également des quantités appréciables de calcium et de fer, ainsi que de nombreux oligoéléments. Éton-nant, mais bon à savoir : 100 g de châtaignes contiennent autant de vitamines C que 100 g de citron. On la trouve sous différentes formes : crue, en crème, en pain, sous forme de pâtes, de céréales pour petit-déjeuner… Avantage non négligeable, pour ceux qui y sont sensibles ou allergiques : la farine de châtaigne ne contient pas de gluten !
  5. Du raifort pour rester fort
    Le raifort facilite la digestion et la circulation sanguine, fortifie les défenses immunitaires et protège des refroidissements, notamment grâce aux substances antibiotiques (allicine et sinigrine) et à la grande quantité de vitamine C qu’il renferme. Dépuratif et stimulant, on l’utilise dans de nombreux pays où l’hiver est traditionnellement très froid. La racine de raifort a une saveur très forte, piquante et poivrée : on l’utilise en condiment, comme substitut à la moutarde, soit en la râpant, soit en l’achetant sous forme de pâte, ou sous forme de poudre mélangée à du sel, ce qui facilite son intégration dans les préparations de repas.

15