Comment nous contacter ? 📱 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Comment prévenir les dégâts causés par les sangliers dans mon potager ?

Comment prévenir les dégâts causés par les sangliers dans mon potager ?
Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
5 novembre 2018

La question est d’actualité : depuis quelques années, on observe en effet de fréquentes incursions principalement nocturnes dans des zones résidentielles périurbaines.

Précautions pour empêcher les dégâts
Il est déconseillé de laisser des restes de nourriture dans son jardin pour éviter de les attirer.
Les tas de compost les attirent aussi.
Mais ce sont surtout les pelouses qui sont visitées.
Si sa nourriture est composée en majeure partie de végétaux, le sanglier, qui n’est autre que l’ancêtre du porc domestique, apprécie aussi les vers de terre et les petits rongeurs. Son régime alimentaire varie selon les saisons et la disponibilité des aliments.
C’est pour couvrir ses besoins en protéines qu’il fouille le sol et retourne les pelouses ; celles-ci sont riches en vers, larves d’insectes, racines et tubercules.
De nos jours, il ne craint plus non plus de se balader dans des jardins situés en zone urbanisée, à proximité de bois ou de parcelles boisées.

Réparer une pelouse endommagée
Réparer les dégâts dans une pelouse demande de la patience. Le sol retourné nécessite des travaux de remise en état de la parcelle.
Si les dégâts sont limités : rebouchez les trous en remettant les mottes d’herbe en place en tassant avec le pied. Réensemencez les endroits non couverts. Sur des pelouses ainsi rénovées, les traces laissées par l’animal resteront toutefois visibles pendant plusieurs années.
Le plus souvent, il est nécessaire de réinstaller une pelouse, ce qui représente une réparation lourde.

Solutions pour empêcher les sangliers
La meilleure protection contre les incursions de sangliers est la pose d’une clôture efficace autour du jardin ; mais le sanglier est rusé et peut s’introduire par un petit espace pour arriver à son but. En conséquence, tenez compte du critère esthétique mais surtout de celui de sa durabilité.

Notre conseil :
Optez pour une clôture avec treillis ; mailles carrées ou rectangulaires, fils de Ø 2 mm espacés de 15 cm max ; H : 110 cm minimum (80 cm au-dessus du sol + 30 cm enterrés) ; grillage bien tendu.
Piquets en bois (épicéa traité de Ø 8 cm min, chêne, robinier, etc.) ; longueur 120 cm (80 cm au-dessus du sol + 40 cm enterrés) ; espacements : 3-4 m entre les piquets, avec des jambes de force et renforts dans les coins. Cette clôture peut être agrémentée par une haie de feuillus. Une clôture électrique est possible. N’hésitez pas à consulter vos voisins : il est bien souvent possible de partager les frais liés à la protection par une clôture mitoyenne pour préserver un ensemble de parcelles.


13