Comment nous contacter ? 📱 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Comment réussir une plantation de bulbes à floraison printanière ?

Comment réussir une plantation de bulbes à floraison printanière ?
Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
11 mars 2015

Vous pouvez dès ce mois-ci planter les bulbes à floraison printanière. Le choix est de plus en plus vaste, que ce soit pour les tulipes, jacinthes, narcisses, perce-neige, crocus ou fritillaires.

Les conditionnements sont clairement identifiés, les plus gros bulbes donnent les plus grosses fleurs, car ils sont mieux pourvus en réserves nutritives. Pour mettre toutes les chances de votre côté, il vous suffira d’observer quelques règles.

Plantez les bulbes par groupes (10 à 15 tulipes, 7 à 10 jacinthes, 25 crocus) en tenant compte des coloris. Préparez bien la terre, en y ajoutant du compost et du sable pour assurer un bon drainage. Le parasite le plus redouté est le rongeur appelé rate (Arvicola terrestris). Il est préférable de placer du treillis à fines mailles à bonne profondeur, et d’y déposer une couche de terre avant de planter. Les côtés du treillis seront relevés pour obtenir une forme de corbeille. Dans le commerce, vous trouverez de petits paniers en matière plastique pour de tels usages. La règle pour mettre les bulbes à bonne profondeur est de les enfoncer de deux fois leur hauteur, sauf pour les crocus (7 cm) et les narcisses (15 cm).

Pour le jardin : quelle sorte de cendres et en quelles quantités ?
Les cendres de bois sec non traité sont riches en sels minéraux, chaux, silice, magnésium et phosphore. Toutefois, elles ne contiennent pas d’azote. Les cendrées contiennent de 20 à 50 % de chaux. Toutes les plantes peuvent en recevoir à l’exception des plantes de terre de bruyère : azalée, rhododendron, Skimmia, et les bruyères, car elles redoutent le calcaire.

Quant aux quantités à appliquer, il n’y a pas de normes. La référence citée en ce domaine est Denis Pépin, agrobiologiste français de renommée, qui conseille la prudence, car les cendres, très fines, peuvent asphyxier la terre. Elles contiennent de la chaux qui, en excès, détruit les réserves d’humus et d’azote assimilables par les plantes. Avec de la cendre de feuillus, la dose d’emploi se situe autour de 200 g/m², une fois tous les trois ans, soit 70 g/m² par année. Quant aux cendres de résineux, moins riches en chaux, la dose est de 100 g/m² par année.

Surveillez régulièrement le ph de votre sol. Un peu de cendrée — une poignée de temps en temps — peut enrichir le compost en sels minéraux.
(Référence : Compost et paillis, Denis Pépin et Bruno Genty, éd. Terre vivante)

En serre, faut-il désinfecter le sol après une forte attaque de mildiou sur les tomates ?
Le mildiou, causé par le champignon Phytophthora infestant, est commun à la pomme de terre et à la tomate. Un foyer proche de la serre est une source d’infection ; par exemple : des repousses de pommes de terre contaminées sur du compost.


3