Comment nous contacter ? đŸ“± 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Compost : quels usages et quels dosages ?

Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
25 avril 2015

L’utilisation d’une matiĂšre aussi noble doit ĂȘtre menĂ©e avec soin. L’utilisation du compost n’est pas la mĂȘme selon qu’il est peu, moyennement ou trĂšs dĂ©composĂ©. Le temps de dĂ©composition varie suivant les conditions atmosphĂ©riques, la nature et l’état des matĂ©riaux utilisĂ©s.

Un compost mĂ»r, proche de l’état de terreau :
les vers rouges de fumier sont partis, mission accomplie ! Il peut ĂȘtre utilisĂ© sur toute culture, en couverture ou mĂ©langĂ© superficiellement au sol. On le rĂ©serve aux plantes supportant mal les matiĂšres organiques plus fraĂźches et Ă  la couverture des semis ; il s’étend de prĂ©fĂ©rence au printemps. Il s’utilise Ă©galement en mĂ©lange dans les jardiniĂšres et pour les repiquages en pots, Ă  raison de 30 % maximum.

Un compost demi-mĂ»r :
quelques vers de fumier y travaillent encore. Il ne doit ĂȘtre utilisĂ© qu’en couverture du sol et sur des plantes le supportant bien. Le compost demi-mĂ»r est de prĂ©fĂ©rence apportĂ© en automne, aprĂšs les rĂ©coltes. Pour ces apports de « couverture » un compost peu dĂ©composĂ© est prĂ©fĂ©rable au compost mĂ»r, le sol bĂ©nĂ©ficiant directement de l’activitĂ© microbienne.

Un compost jeune en pleine dĂ©composition :
les vers de fumier y sont trÚs nombreux et trÚs actifs. Il sera incorporé trÚs superficiellement pour fertiliser uniquement les plantes qui supportent des engrais organiques peu décomposés.
Afin de favoriser la survie de tous les petits ĂȘtres vivants qui collaborent Ă  la formation du compost, il n’est pas bon de laisser sĂ©journer le compost en surface du sol, car la plupart des micro-organismes sont trĂšs sensibles Ă  la lumiĂšre et aux rayons directs du soleil. SitĂŽt Ă©pandu, le compost sera recouvert de quelques centimĂštres de terre ou d’un lĂ©ger paillis ou mulch.

Les doses conseillĂ©es varient selon la fertilitĂ© du sol. Un apport excessif constitue un gaspillage et peut entraĂźner des dĂ©sĂ©quilibres dans le sol et mĂȘme polluer le sous-sol et les nappes phrĂ©atiques. Il est bon de se rĂ©fĂ©rer Ă  l’analyse de terre de son jardin, afin d’en connaĂźtre les besoins exacts.

Petits trucs pratiques : un seau de dix litres vaut plus ou moins cinq kilos de compost pour environ cinq mĂštres carrĂ©s de terrain ; une brouette remplie Ă  ras Ă©quivaut Ă  environ quarante kilos de compost pour environ quarante mĂštres carrĂ©s de potager.

Source : Nature & ProgrĂšs


2