Comment nous contacter ? đŸ“± 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Concevoir un jardin blanc

Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
1 avril 2015

Les amoureux de beaux jardins restent sans voix devant les rĂ©alisations d’une grande dame du jardinage d’Outre-Manche : Vita Sackville-West. Elle acheta, vers 1930, le site de Sissinghurst et l’amĂ©nagea avec le talent qu’on lui connaĂźt. Les jardins de Sissinghurst sont mondialement connus et servent de rĂ©fĂ©rence pour bon nombre de professionnels. Une des caractĂ©ristiques de ces jardins est sans aucun doute le fabuleux “ Jardin blanc ”. S’il est hors de propos de rĂ©aliser la mĂȘme chose chez soi, rien ne nous empĂȘche de concevoir une petite parcelle dans laquelle prendront place de belles plantes Ă  la floraison immaculĂ©e.

Un vaste choix de végétaux
Les vivaces Ă  fleurs blanches sont nombreuses. Parmi celles-ci un inĂ©vitable choix doit s’opĂ©rer. Il est effectivement impossible de regrouper tant d’espĂšces dans nos jardins de superficie gĂ©nĂ©ralement assez rĂ©duite. Le Phlox paniculata “ Fujiyama ” atteint 70 centimĂštres de hauteur et produit des panicules d’un blanc pur de juillet Ă  septembre. Il en est de mĂȘme pour le “ Rembrandt ”. La variĂ©tĂ© “ Europa ” est un tantinet plus sophistiquĂ©e avec ses fleurs blanches Ă  cƓur rouge. Les achillĂ©es sont rĂ©putĂ©es pour leur longue floraison, la lĂ©gĂšretĂ© de leur feuillage et leur facilitĂ© de culture. Parmi les Achillea millefolium, il en est une qui mĂ©rite de figurer dans un jardin blanc : “ White Queen ”. Ses ombelles sont larges et elle reste fleurie de juin Ă  septembre. Plus connue, l’Achillea ptarmica “ The Pearl ” est intĂ©ressante pour ses petites mais nombreuses fleurs blanches et doubles. Attention cependant car si le sol lui convient elle peut se rĂ©vĂ©ler envahissante.

Dans la famille des Ranunculaceae, les anĂ©mones occupent une place de choix. L’anĂ©mone hybrida x “ Honorine Jobert ” Ă©claire le jardin blanc en fin de saison, d’aoĂ»t Ă  octobre. Elle culmine Ă  80 centimĂštres. Chez les dĂ©licates colombines nous pouvons aussi dĂ©nicher de petites perles aptes Ă  dĂ©corer nos parterres immaculĂ©s : Aquilegia vulgaris “ Nivea ” porte merveilleusement bien son nom puisque ses fleurs sont d’un blanc pur. Elles apparaissent en mai-juin. Les asters sont incontestablement les rois de l’automne. Leurs coloris sont trĂšs variĂ©s. NĂ©anmoins, les bleus et les blancs rencontrent toujours un vif succĂšs auprĂšs du public. La vedette est sans conteste l’Aster novi-belgii “ Mount Everest ”. Cette variĂ©tĂ© peut ĂȘtre qualifiĂ©e de gĂ©ante puisqu’elle culmine Ă  plus d’un mĂštre cinquante. Ses fleurs sont blanches comme les sommets enneigĂ©s du Mont Everest et s’épanouissent en septembre-octobre. Les astilbes sont de trĂšs belles plantes de taille basse Ă  moyenne et des inflorescences faisant penser Ă  des plumes. Elles apprĂ©cient les sols riches en humus et relativement humides. L’Astilbe arendsii “ Snowdrift ” produit ses panaches blancs durant l’étĂ© et ne dĂ©passe guĂšre les septante centimĂštres. Plus petite, l’Astilbe japonica “ Gladstone ” n’atteint que pĂ©niblement cinquante centimĂštres.

Bien Ă©videmment, il n’y a pas que les plantes vivaces que l’on peut insĂ©rer dans un jardin blanc. Les rosiers y ont Ă©galement leur place. La variĂ©tĂ© “ Iceberg ” est intĂ©ressante Ă  beaucoup d’égard. Elle est remontante (deux floraisons dans l’annĂ©e), ses fleurs sont blanches et lĂ©gĂšrement parfumĂ©es et elle n’est que trĂšs rarement malade. Selon la taille que l’on pratique sur ce rosier, il pourra ĂȘtre utilisĂ© pour la rĂ©alisation d’un massif ou pour constituer une belle haie basse et fleurie. Les rosiers grimpants Ă  fleurs blanches sont nombreux mais la palme de la vigueur revient sans aucun doute au Rosa filipes “ Kiftsgate ”. Au bout de quelques annĂ©es, il atteindra prĂšs de six mĂštres de hauteur et sera capable de recouvrir entiĂšrement un vieil arbre. Bien que non-remontant, ce rosier constitue toujours un vĂ©ritable enchantement au moment de la floraison.


3