Comment nous contacter ? 📱 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Dans la douceur de la serre

Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
13 novembre 2017

Les températures entament leur lente descente au cours de ce mois de novembre. On n’aime plus trop flâner au jardin, même si le soleil est de la partie. Direction la serre, où règne une agréable température, mais pour y faire quoi ?

En prévision du froid hivernal, il est temps de penser à installer une bonne isolation. C’est un travail qui peut se faire assez rapidement, même si on n’est pas un bon bricoleur.
Pour garder la chaleur dans votre abri vitré, il vous suffira d’y installer un plastique à bulles à l’intérieur (une épaisseur). Peu cher à l’achat, cet investissement sera en outre vite rentabilisé grâce aux économies de chauffage que vous réaliserez. De plus, le plastique à bulles est réutilisable plusieurs années de suite. Valable sans chauffage pour les légumes comme les laitues d’hiver, la mâche, les épinards d’hiver.
Et au niveau luminosité ? Pas de risque pour vos plantes, puisque la pénétration de la lumière dans la serre après pose de l’isolation ne sera diminuée que de 12 à 15 %, ce qui est très peu, et ne nuira pas à leur bonne santé.

Du chauffage ?
Si vous comptez hiverner dans votre serre des plantes quelque peu fragiles, il est bon de penser à chauffer l’abri pour le maintenir constamment hors gel. Le chauffage électrique est envisageable, mais attention à la note d’électricité qui risque d’être salée.
Il est préférable de placer un poêle à pétrole spécialement conçu pour les serres. Vous en trouverez de différents modèles dans les jardineries. À vous de choisir celui qui conviendra le mieux à la vôtre en fonction du volume à chauffer. Important également : n’utilisez que du pétrole blanc sans soufre ! C’est le seul qui convient pour les poêles à pétrole à mèche, les plus fréquents dans le chauffage pour serres. S’il est interdit comme carburant, il est plus raffiné que le mazout de chauffage classique ou le gasoil routier ; il émet très peu d’émanations toxiques pour les plantes (et l’homme).
Vous souhaitez faire des semis au cœur de l’hiver ? Pensez à installer des câbles chauffants ! Ils ne se placent pas à la surface du sol mais bien dedans, puisque le but est de chauffer le substrat et pas l’air ambiant. Disponibles en différentes longueurs, leur consommation électrique est très faible, à peine 25 watts/h pour un câble de 4 mètres ! Les semis de petites carottes (type Ronde de Paris), cresson alénois, fèves des marais ou encore laitues à couper est alors envisageable.

Planter un arbre dans la serre !
Il est possible de se procurer des mini-arbres fruitiers dans les centres de jardinage. Ces variétés spécifiques ne dépassent guère 1,5 m, ce qui permet de les cultiver dans de grands pots ou, si votre serre est suffisamment grande, directement en pleine terre.
Quels arbres ? On ne va pas installer des poiriers ou des pommiers, mais plutôt des abricotiers, des pêchers ou encore des brugnoniers et des nectariniers.
Pour un peu d’exotisme, pourquoi ne pas planter un mandarinier
Satsuma ? La douce saveur de ses fruits ravira petits et grands. Chez nous, la récolte s’opère dès le mois de septembre. Autofertile, ce mandarinier donnera des fruits avec une régularité exemplaire. Sa résistance au froid est surprenante puisqu’il supporte, sur de courtes périodes, des températures de – 8°C. Une serre gardée simplement hors gel est donc parfaite pour cet agrume de qualité. Ne vous en privez pas !

Quelques précautions de base
Si votre serre est pourvue d’aérateurs automatiques, il est conseillé de les démonter et de les stocker à l’abri du gel. Vous éviterez ainsi d’éventuels dégâts dus aux fortes gelées.
Par temps doux, n’hésitez pas à ouvrir la porte de la serre afin d’évacuer un surplus d’humidité et de renouveler l’air ambiant.
Enfin, surveillez les plantes qui hivernent ; réagissez rapidement en cas d’attaques d’acariens, de pucerons ou de cochenilles !


5