Comment nous contacter ? 📱 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Le Walipini, une serre souterraine et… des légumes frais toute l’année !

Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
4 mars 2016

Voyons de quoi il s’agit. Même si les Walipini peuvent être très variés dans leurs dimensions et leurs formes, leur caractéristique commune réside en ce qu’ils sont systématiquement sous le niveau du sol.  Cela ressemble à une cave avec un toit transparent en film plastique, en plaque alvéolaire ou encore en verre.

Le principe est assez simple : le sol de la serre est creusé en profondeur, le mettant ainsi hors gel et, mieux encore, la chaleur du sol permet de réchauffer les cultures. L’inclinaison du toit de votre futur Walipini doit être orientée vers le Sud. En hiver, les rayons du soleil réchauffent en journée l’air ambiant de la serre et permettent par la même occasion aux murs d’accumuler de la chaleur. Les calories emmagasinées seront restituées la nuit. L’idéal, lors des journées les plus froides, est la présence d’une couverture de neige dans laquelle il suffira de créer des puits de lumière. – Dans cette rubrique dédiée à la permaculture, rassurez-vous, nous n’allons bien entendu pas vous suggérer l’achat d’une machine à fabriquer de la neige artificielle. Le Walipini peut s’en passer et vos légumes aussi.

Côté pratique, la profondeur d’un Walipini peut varier. Ce dernier peut être à 1,5 m de profondeur, comme un sous–sol, ou encore à plus de 2 m de profondeur, comme une vraie cave. De toute manière, la hauteur intérieure de cet espace doit permettre au jardinier de se tenir debout, sans être gêné par la charpente du toit sur laquelle sont fixés les matériaux transparents (jardiner avec un casque de chantier n’est pas d’une grande commodité). En outre, n’oublions pas qu’avec la profondeur, la température à l’intérieur de la serre augmente.

L’orientation précise d’un Walipini demande une étude de faisabilité : par exemple, la nature de votre sous-sol permet-elle d’y creuser une cavité sans tomber sur des roches ? Votre jardin est-il souvent gorgé d’eau (dans ce cas de figure, il est peut-être préférable d’envisager un projet de pisciculture) ? Votre serre est-elle bien exposée au soleil en été comme en hiver lorsque le soleil est au plus bas ?

Côté autorisation, cela ne pose a priori pas de problème, car il ne s’agit pas d’une construction, même si les parois de votre serre peuvent être stabilisées par des blocs de béton antibruit. Ces derniers seront en effet juste empilés et remplis de sable. Un Walipini ne nécessite pas de fondation. Toutefois, une simple visite au service d’Urbanisme pourra répondre à vos questions concernant les éventuelles limites légales d’un tel projet dans votre commune.

Après ces considérations pratiques, intéressons-nous finalement aux hôtes du Walipini : les légumes. Bien sûr, nous pouvons y jardiner tout ce que nous cultivons dans les serres classiques, mais pour donner un exemple, la période de culture des tomates est allongée de 1 à 2 mois ! Cet avantage est valable pour toutes les plantes sensibles au froid : aubergines, poivrons, physalis, etc. Mieux encore, la laitue, le chou frisé, le brocoli pourront être cultivés pendant tout l’hiver. Cette serre accueillera aussi vos arbustes en pot, qui craignent le gel, comme le laurier.

Tout jardinier connaît par ailleurs le problème des serres trop chaudes en été. Le Walipini, par contre, régule sa température toute l’année. Grâce à l’inertie de ses parois, il chauffe l’air en hiver et diminue la température en été ! Une vraie solution pour manger local toute l’année.

Retrouvez les conseils de Luc Koedinger dans notre rubrique « permaculture » de notre magazine L’Esprit Jardin.


2