Comment nous contacter ? 📱 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Les « 10 commandements » du récolteur de champignons

Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
22 septembre 2017

Nous ne pouvons faire l’impasse sur une série de conseils pour le récolteur avisé : vu la toxicité de certaines espèces, la prudence s’impose. Aucun livre ne peut donner des certitudes : on ne peut donc que vous recommander chaudement de sortir sur le terrain en compagnie d’un bon connaisseur ou des membres d’un cercle de mycologie.

  1. Il n’existe aucun truc ou recette simpliste pour savoir si un champignon est comestible ou non : seule sa détermination précise le permettra.
  2. Il faut récolter des champignons complets, y compris avec le bas du pied (un couteau est donc nécessaire !).
  3. Ne récoltez que des exemplaires jeunes et frais : certains champignons ont encore belle allure alors qu’ils sont déjà envahis par des bactéries qui vous rendront malade.
  4. L’idéal est de ne pas mélanger dans son panier toutes sortes d’espèces différentes qu’on ne connaît pas : vous pourriez ranger ensemble des toxiques et des comestibles, qui peuvent pousser très proche les uns des autres. Quelques boîtes feront l’affaire.
  5. Il est très intéressant de pouvoir dire à celui qui identifiera les champignons méconnus où ils poussaient, sous quel type d’arbre, par exemple (conifères ou feuillus, chêne, hêtre ou bouleau, etc.).
  6. Il est indispensable de respecter les propriétés privées, explicitement affichées comme telles. Demandez les autorisations nécessaires.
  7. Ne ramassez que ce dont vous avez besoin, en quantité raisonnable : de plus en plus de législations précisent les quantités admissibles par personne (2 kg par exemple).
  8. Sauf rares exceptions, signalées dans les textes, on ne mange pas de champignons crus, car d’excellents comestibles sont toxiques quand ils ne sont pas bien cuits.
  9. Si vous consommez un « nouveau » champignon, n’en mangez que très peu et conservez un exemplaire pour une identification éventuelle par un spécialiste, si nécessaire : il y a des espèces qui sont mal supportées par certaines personnes (phénomènes d’allergie individuelle).
  10. Dès suspicion d’empoisonnement, contactez un médecin ou le Centre antipoison (en Belgique Francophone : 070/245 245).

4