Comment nous contacter ? đŸ“± 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Si mars commence en courroux, il finira tout doux, tout doux

Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
25 mars 2019

Il est souvent question de maillage Ă©cologique
 Pour gĂ©rer un jardin dans ce sens et prĂ©voir le recouvrement des ressources alimentaires nĂ©cessaires aux pollinisateurs, il nous incombe d’effectuer une sĂ©rie de plantations : une haie, un parterre fleuri, un verger, un potager, une plate-bande laissĂ©e sauvage
 

Pour attirer et « fidĂ©liser Â» un maximum d’abeilles solitaires et d’abeilles domestiques, il est important de penser Ă  la notion de « succession Ă©cologique Â» des vĂ©gĂ©taux. Je m’explique : nous introduirons une sĂ©rie de plantes dans nos jardins pour qu’elles puissent y trouver de quoi se nourrir de mars Ă  septembre dĂšs le dĂ©but de la saison. Ce sera tout bĂ©nĂ©fice pour nos rĂ©coltes !

Prenons successivement les pĂ©riodes des floraisons de notre « fonds de commerce Â» en plantes. 

-Les premiĂšres Ă  fleurir seront le saule marsault (Salix caprea) et le cornouiller mĂąle (Cornus mas), suivi du prunellier (Prunus spinosa) et de l’aubĂ©pine (Crataegus),…           -Ensuite, ce sera le tour des framboisiers, groseilliers, myrtilliers, de l’aronia (Aronia prunifolia), de la baie de mai(Lonicera kamtschatica),
                                                                                         -puis des cerisiers, pommiers, pruniers et poiriers, avec des variations selon les annĂ©es. Les fleurs de pissenlit fleuriront Ă  la mĂȘme pĂ©riode et viendront peut-ĂȘtre en concurrence avec ces derniers.                                                                                                                            Qu’à cela ne tienne, plus il y aura de variĂ©tĂ©s de fleurs, plus nous encouragerons les pollinisateurs Ă  s’installer dans notre jardin.

Pour avoir tel ou tel fruit Ă  portĂ©e de main dans notre jardin, on pense souvent qu’il suffit de choisir une variĂ©tĂ© bien particuliĂšre en fonction des critĂšres comme le goĂ»t d’un fruit qui nous plaĂźt ou une autre qui conviendra pour telle ou telle prĂ©paration.                                              Il y a cependant toute une sĂ©rie d’autres Ă©lĂ©ments importants Ă  respecter si nous voulons que les arbres plantĂ©s portent une belle floraison qui arrivera un jour Ă  maturitĂ© et donnera d’excellents fruits.                                                                                                                   Il faudra, par exemple, s’assurer de la compatibilitĂ© entre les variĂ©tĂ©s des arbres fruitiers, de l’échelonnement de la floraison (pour que les fleurs soient p. e. pollinisĂ©es harmonieusement), du type de terre de notre jardin, du climat (vivons-nous aux abords de Bruxelles ou de LiĂšge, en Ardenne ou en Gaume ?), etc.                                                                  Rien ne vaut le conseil avisĂ© d’un bon professionnel : quand nous achetons un arbre, c’est pour de longues annĂ©es !

Si une succession de floraisons a eu lieu et si nous avons plantĂ© des fraisiers, ceux-ci bĂ©nĂ©ficieront un maximum des pollinisateurs qui se seront installĂ©s depuis quelques semaines dans notre jardin ou Ă  proximitĂ© (il n’y a Ă©videmment pas de barriĂšre « Ă©cologique Â» entre le nĂŽtre et celui du voisin !). Lorsque les fraisiers seront Ă  leur tour en fleurs, aux alentours du mois de juin, un groupe d’espĂšces d’abeilles solitaires du printemps auront ainsi pratiquement vĂ©cu leur cycle complet. Comme la saison n’est pas terminĂ©e, d’autres groupes de pollinisateurs vont leur succĂ©der. 

Nous continuerons donc Ă  alimenter les pollinisateurs avec les lĂ©gumes du jardin (montĂ©s en fleurs, par exemple) et d’autres herbacĂ©es que nous aborderons durant l’annĂ©e 2018 : consoude, pissenlit, ail et ciboulette, la bourrache officinale, la bĂ©toine officinale, l’épiaire des bois, les trĂšfles, le coquelicot et le pavot, les mĂ©lilots



2