Comment nous contacter ? đŸ“± 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Un jardin accueillant pour les auxiliaires

Un jardin accueillant pour les auxiliaires
Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
20 décembre 2019

À  force de parler d’animaux nommĂ©s « ravageurs », tels que les pucerons, limaces, etc., on oublie parfois qu’il y a plus d’espĂšces qui pourraient ĂȘtre qualifier « d’utiles Â» que d’animaux nuisibles dans un jardin.

Qu’ils soient mammifĂšres, oiseaux, batraciens ou insectes, ces auxiliaires, par leur prĂ©sence et leur activitĂ©, limitent la prolifĂ©ration des ravageurs des plantes cultivĂ©es. Il est, bien sĂ»r, impossible de commander la venue de tel ou tel animal ; cependant, en lui offrant les conditions les mieux adaptĂ©es Ă  son dĂ©veloppement, il est beaucoup plus probable de le voir Ă©lire domicile dans votre jardin.

Malheureusement, l’urbanisation galopante et une agriculture parfois trop intensive ne facilitent pas les dĂ©placements des animaux d’un site Ă  un autre. C’est lĂ  que le fait d’entretenir son jardin de façon naturelle en y favorisant le dĂ©veloppement de la flore et la faune locale revĂȘt tout son intĂ©rĂȘt. En effet, ces jardins forment un vĂ©ritable rĂ©seau de mini-rĂ©serves dissĂ©minĂ©es, constituant ce qu’on appelle le maillage Ă©cologique.

L’ATOUT DE LA HAIE

Dans un jardin, une haie ne sert pas qu’à prĂ©server l’intimitĂ© des occupants de la curiositĂ© des voisins. Elle peut aussi devenir un formidable rĂ©servoir de vie sauvage. PrivilĂ©giez les haies composĂ©es d’arbustes d’espĂšces diffĂ©rentes, car plus les essences seront variĂ©es, plus la faune de la haie sera diversifiĂ©e. Pour ne pas dĂ©ranger les oiseaux en train de nidifier, diffĂ©rez la taille des haies jusqu’en juillet-aoĂ»t. Ne rabattez pas les haies fruitiĂšres avant que les oiseaux aient picorĂ© les baies dont ils raffolent. Laissez la base des haies telle quelle avec les feuilles mortes par terre sans les ratisser.

DES COULOIRS POUR LA FAUNE

La crĂ©ation de couloirs pour la faune Ă  travers le jardin permet aux animaux d’aller et venir, tout en se protĂ©geant de leurs prĂ©dateurs. Les arbustes denses et la base des haies sont parfaits pour cela. Des plantes couvre-sol entre une zone de hautes herbes et un massif de vivaces constituent aussi une bonne couverture pour les bĂȘtes en mouvement. Si vous Ă©rigez une clĂŽture, laissez un espace entre la base et le sol afin que des animaux comme les hĂ©rissons puissent passer. L’implantation d’une bande fleurie constitue sĂ»rement un des plus jolis couloirs qu’on puisse imaginer. On trouve maintenant dans les jardineries des mĂ©langes de fleurs des champs de diffĂ©rentes tailles, Ă  associer ou non avec des semences de graminĂ©es. Ces bandes fleuries ont prouvĂ© leur efficacitĂ© en tant que refuge et source de nourriture pour une faune variĂ©e.

LA PELOUSE

Pour crĂ©er un habitat trĂšs diversifiĂ©, alternez zones d’herbes tondues et zones d’herbes folles. Alors que les oiseaux, comme la grive musicienne et l’étourneau, se nourrissent sur un espace de gazon ras, les amphibiens prĂ©fĂšrent une herbe plus haute. Essayez de ne pas tondre entiĂšrement le terrain, mais sans que cela donne une impression de dĂ©sordre. Le contraste d’un sentier net de gazon bien court, qui se faufile au sein de parties non tondues, apporte de la structure Ă  un endroit qui pourrait sembler dĂ©laissĂ©. Ne fauchez pas toutes les herbes hautes le mĂȘme jour ; commencez par une extrĂ©mitĂ© et attendez quelques jours pour finir afin de laisser le temps aux animaux de trouver un autre refuge.

Retrouvez tous nos conseils : www.adalia.be


2