Comment nous contacter ? 📱 061 27 18 28 Par mail : info@lespritjardin.be

Un véritable garde-manger : le Sorbier des oiseleurs

Cet article à été écrit par L'Esprit Jardin
19 novembre 2017

Le sorbier fait part de la famille des Rosacées, comme ses cousins les rosiers, les pommiers et bien d’autres plantes. Ses fleurs, composées de 5 pétales et 5 sépales et le plus souvent blanches ou crème, ont de nombreuses étamines, comme chez les pommiers. Les corymbes des nombreux fruits pendants sont composés de baies rouge orangé à rouges (parfois blanches, jaunes ou rose pâle) et contribuent à la valeur ornementale du sorbier.

Plante sacrée chez les Celtes
Le sorbier des oiseleurs était un arbre sacré chez les Celtes et les Germains. Pour ces deux peuples, la plante possédait des pouvoirs pour protéger le bétail contre la foudre. Quant aux Écossais, ils pensaient que le sorbier chassait les mauvais esprits qui rôdent autour de la maison. L’arbre était donc planté non loin de l’habitation. Dans les croyances populaires européennes, le sorbier servait aussi de porte-bonheur aux amoureux.
Le bois du sorbier rougeâtre est prisé pour la confection de sabots. Ses fruits sont consommés uniquement cuits, en confiture ou pour la fabrication de liqueur. Il peut aussi en être extrait un édulcorant qui remplace le sucre pour les diabétiques : le sorbitol, qui tire son nom du sorbier !
Une aubaine pour les oiseaux en hiver !
Le sorbier des oiseleurs garde ses grappes de baies rouges jusqu’au début de l’hiver. Ses fruits sont très prisés par les oiseaux, surtout en saison froide. Ce sont particulièrement les grives qui en font un véritable festin, c’est pour elles un véritable garde-manger, d’où les divers noms et surnoms du sorbier des oiseleurs.

Une plante médicinale
Les baies ont des emplois thérapeutiques assez voisins de ceux des nèfles germaniques, également de la famille des Rosacées. Elles sont riches en vitamine C et en sorbitol (voir page précédente). Dans les pays du Nord, les fruits astringents du sorbier des oiseleurs sont traditionnellement utilisés comme un antidiarrhéique. Attention cependant ! : mangé en excès, le fruit a l’effet inverse (constipation). On l’emploie également en décoction comme médicament naturel contre les enrouements et les extinctions de voix. Les enfants sont souvent attirés par les fruits rouge-orangé en grappe du sorbier.
En plus du sorbitol, d’autres sucres et de la vitamine C, les baies du sorbier contiennent de l’acide parasorbique. Cet acide est toxique et a une action locale irritante sur les muqueuses de système digestif. Les femmes enceintes et les jeunes enfants doivent éviter sa consommation, quelle que soit la manière dont les baies sont préparées.

Une plante alimentaire
Les baies rouges deviennent comestibles après préparation lorsqu’elles sont bien mûres et blettes, et à condition d’être cuites. En Allemagne, on les mange après les avoir fait macérer dans de l’eau miellée. Séchées et broyées, elles ont parfois été mêlées à du pain. Par distillation, on en tire une eau-de-vie à la saveur voisine de celle du kirsch. Le mieux, c’est encore de cuire les baies blettes pour les transformer en compotes (avec 50 % de pommes) ou en pâtes de fruits (comme les coings).


4